Ma nomination en tant que parlementaire en mission

Le projet d’amélioration de nos transports « Grand Paris Express » fait l’unanimité, tant il est attendu par les usagers confrontés à la saturation des lignes de RER et à l’insuffisance des liaisons de banlieue à banlieue. Ce projet lancé voici dix ans est entré dans sa phase opérationnelle avec l’installation à Champigny sur Marne du premier tunnelier de la future ligne 15 sud reliant le Pont de Sèvres à Noisy-le-Grand à travers le Val-de-Marne.

En 2009, le Premier ministre de l’époque, François Fillon m’avait demandé de proposer des pistes de financement pour ce gigantesque investissement évalué alors à plus de 20 milliards d’euros. Le rapport que je lui ai remis a servi de base à la mise en place des ressources nécessaires. Je proposais en particulier que le financement soit assuré au moyen de taxes régionales comme la taxe sur les bureaux ou la taxe spéciale d’équipement et non pas par des subventions budgétaires qui auraient pesé sur le contribuable national.

Depuis lors, les études puis la passation des premiers marchés de génie civil ont conduit à préciser les coûts du projet qui se sont sensiblement alourdis, atteignant aujourd’hui à terme 35 milliards d’euros. L’urgence d’investir fortement dans l’amélioration des transports du quotidien, l’échéance des Jeux Olympiques à Paris en 2024 entraînent une accélération des chantiers, en particulier la ligne 14 vers Orly au Sud et vers le carrefour Pleyel au Nord, les lignes 16 et 17 jusqu’au Bourget et bien sûr la ligne 15 Sud. Une vingtaine de tunneliers devraient être installés d’ici 2020 pour creuser ces différentes lignes souterraines, soit un chantier d’une envergure jamais atteinte jusqu’à présent, y compris au plan international.

C’est dans ce contexte que le Premier Ministre Edouard Philippe vient de me confier une nouvelle mission consistant d’une part à compléter les ressources financières nécessaires à ce projet hors norme et d’autre part à mieux calibrer la taille et les effectifs de l’entreprise qui a en charge la maîtrise d’ouvrage du projet, à savoir la Société du Grand Paris. Mon rapport devra être remis d’ici l’été prochain.

Je tiens à exprimer ma satisfaction de me voir confier une telle mission que je vais m’efforcer d’assurer le mieux possible et je suis sensible à cette marque de confiance que me témoigne le Gouvernement. Usager régulier moi-même du RER, je sais à quel point le Grand Paris Express est attendu par les habitants de notre région, en particulier les banlieusards et c’est à eux en premier lieu que je penserai en poursuivant ma mission.

Vous trouverez ci-joint le texte de la lettre de mission que m’a adressée le Premier Ministre en date du 12 mars 2018.

 

Bien fidèlement

GILLES CARREZ