Compte-rendu de ma visite du château de Versailles

En tant que rapporteur spécial en charge du contrôle et de l’évaluation des crédits budgétaires affectés au patrimoine national-monuments historiques, musées, archéologue, archives, j’ai passé la journée du 11 février dernier au château de Versailles, où j’ai rencontré l’équipe de l’établissement public que préside Madame Catherine Pégard et dont la mission est l’entretien et l’ouverture au public du domaine national de Versailles.

Versailles est notre monument historique le plus visité, avec plus de 8 millions d’entrées annuelles dont 80% d’étrangers.

Chaque année, dans le cadre du schéma directeur, plusieurs dizaines de millions d’euros doivent être investis pour entretenir et restaurer le château. Cet effort ne doit jamais être relâché car l’ampleur du monument fait que les restaurations des différentes ailes, des toitures, des appartements sont continuelles. Ainsi une restauration lourde d’une partie des bâtiments doit être en moyenne reprise tous les cinquante ans. Mais les résultats sont spectaculaires et nous pouvons être fiers de l’état de l’un des principaux joyaux de notre patrimoine.

A côté des crédits budgétaires, le mécénat d’entreprise joue un rôle très important. Par exemple, la magnifique chapelle royale est en cours de restauration grâce au mécénat. De même cela a-t-il été le cas voici quelques années de la célèbre galerie des glaces.

J’ai visité les deux principaux chantiers en cours, la chapelle royale d’une part et les appartements de la reine d’autre part, qui après 3 ans de travaux vont être réouverts au public au printemps prochain. Je vous invite à venir les visiter tant le travail de restauration, vrai travail d’artistes est admirable et tant ces appartements sont spectaculaires.

 

J’ai eu des échanges approfondis avec Madame Pégard et son équipe sur la manière de maintenir dans les années à venir les moyens financiers nécessaires pour faire face aux nouveaux travaux qui s’annoncent. Car il faut être conscient d’une chose : tout relâchement dans l’effort conduit ensuite à des surcoûts de travaux considérables et une politique d’anticipation est certainement la plus appropriée. Un autre défi essentiel porte sur l’amélioration constante de l’accueil des visiteurs en utilisant au mieux les nouvelles technologues et en permettant à nos concitoyens, y compris les enfants de nos écoles et les jeunes, de profiter, avec nos amis étrangers, de ce trésor de l’histoire de la culture française.